Injection des 5-11 ans: Plainte pénale contre le gouvernement Trudeau

Nous reproduisons ici notre version française de la plainte pénale envoyée à plusieurs hauts responsables du gouvernement canadien le 16 novembre dernier. La plainte a été écrite au nom de parents canadiens d’enfants de 5 à 11 ans par l’avocat Jeffrey R. W. Rath de Rath&Company, une firme spécialisée dans la défense des Premières Nations.

Me Rath n’y va pas de main morte et affirme que les «données soumises par Pfizer pour appuyer sa demande d’amendement d’autorisation d’urgence à la FDA sont frauduleuses».

Il fait référence aux myocardites, aux péricardites ainsi qu’aux nombreuses autres causes potentielles de décès ignorées par le fabricant. Il conclut:

« Suggérer aux parents du Canada que ce produit est sécuritaire pour les enfants de 5 à 11 ans […] constitue une fraude envers le public et le gouvernement canadiens. »

La version originale en anglais se trouve ici.

***

16 novembre 2021

Notre no. de dossier 99000

Premier ministre du Canada Justin Trudeau
Cabinet du premier ministre
80, rue Wellington
Ottawa, ON K1A 0A2                                  justin-trudeau@parl.gc.ca

Dre Theresa Tam
Administratrice en chef de la santé publique
Agence de santé publique du Canada
130, chemin Colonnade
Ottawa, ON K1A 0K9                                  www.phac-aspc.gc.ca

Procureur général du Canada David Lametti
Chambre des communes
Ottawa (Ontario)
Canada
K1A 0A6                                                        david.lametti@parl.gc.ca

Commissaire Brenda Lucki
Gendarmerie royale du Canada
Direction générale de la GRC
Immeuble QG
73 prom. Leikin
Ottawa, ON, K1A 0R2                                 brenda.lucki@rcmp-trc.gc.ca

 

Mesdames et messieurs,

Objet : Utilisation du vaccin COVID-19 Pfizer BioNTech chez les enfants de 5 à 11 ans

Vous trouverez ci-joint une copie de la Demande d’amendement à l’autorisation d’utilisation d’urgence (AUU) de Pfizer concernant l’utilisation du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech (vaccin Pfizer) chez les enfants de 5 à 11 ans.

Au nom de parents canadiens d’enfants de 5 à 11 ans, cette lettre constitue la demande qu’une enquête criminelle soit immédiatement ouverte relativement à la soumission frauduleuse de Pfizer Corp. à propos de l’approvisionnement du vaccin Pfizer aux enfants de 5 à 11 ans.

Le document ci-joint a été examiné par un certain nombre de médecins spécialisés en pédiatrie, en épidémiologie et en pathologie, lesquels sont tous d’avis que les données soumises par Pfizer pour appuyer sa demande d’amendement d’autorisation d’urgence à la FDA sont frauduleuses. L’exemple le plus criant de cette fraude, contrevenant à l’article 380 (1) du Code criminel du Canada, se trouve spécifiquement au tableau 14 de la page 34 du document d’information remis à la FDA. Ce tableau indique que si les enfants de 5 à 11 ans reçoivent la posologie préconisée de deux doses du vaccin Pfizer, entre 0 et 3 décès seront évités pour chaque million d’enfants doublement vaccinés. Le même tableau indique par ailleurs que le vaccin Pfizer causera entre 53 et 106 cas de myocardite supplémentaires, entre 29 et 58 hospitalisations supplémentaires pour des myocardites et entre 17 et 34 admissions supplémentaires aux soins intensifs pour des myocardites.

Il est remarquable que dans ce même tableau, on affirme de manière frauduleuse et totalement impossible à étayer scientifiquement que le vaccin Pfizer causera 0 DÉCÈS SUPPLÉMENTAIRES DE MYOCARDITES et ce, en omettant malhonnêtement et trompeusement d’aborder ou de reconnaître toute autre cause potentielle de décès. Notre équipe de médecins experts nous a avisés que les causes potentielles de décès ignorées par Pfizer dans son application d’AUU comprennent l’anaphylaxie, les péricardites, les thromboses capillaires, les troubles de la coagulation, les accidents cérébrovasculaires et les myélites transverses, pour n’en nommer que quelques-unes.

Lors de consultations avec des experts en anesthésie et en pathologie, nous avons été avisés que les 17 à 34 « admissions supplémentaires aux soins intensifs pour des myocardites » sont associés à d’autres risques de décès, incluant les infections respiratoires, les décès liés aux respirateurs ainsi que d’autres formes de mortalités associées à l’admission aux soins intensifs. À cela s’ajoutent les enfants dont les blessures cardiaques seraient assez importantes pour être admis aux soins intensifs, mais qui ne survivraient pas au transport à l‘hôpital en ambulance.

En ce qui a trait à l’application initiale d’AUU de Pfizer aux États-Unis, l’effacement de données concernant les décès liés à la myélite transverse est bien documenté, tout comme le sont les nombreuses inexactitudes frauduleuses sur le profil d’innocuité du vaccin dans l’application originale de Pfizer pour les 12 à 18 ans.

Suggérer aux parents du Canada que ce produit est sécuritaire pour les enfants de 5 à 11 ans et que les blessures et les décès potentiels seront inférieurs aux 0 à 3 « décès de COVID-19 » théoriquement « évités », auxquels Pfizer fait allusion dans son application d’AUU, constitue une fraude envers le public et le gouvernement canadiens.

Dans le même ordre d’idées, vu l’admission claire de Pfizer sur les bénéfices limités de ce vaccin par rapport aux risques d’« admissions supplémentaires aux soins intensifs pour myocardites », toute autorité de réglementation responsable ne devrait pas approuver ce produit sur la base d’une urgence sans que des tests extrêmement limités aient été menés dans le cadre d’essais cliniques randomisés d’une durée d’au moins 5 ans. Lors de ces essais, les parents des enfants vaccinés devraient être pleinement et proprement informés que les risques du vaccin Pfizer pour leurs enfants excèdent largement le risque qu’ils ont de contracter la COVID-19.

Nous demandons respectueusement que la Gendarmerie royale du Canada et le procureur général du Canada confirment qu’une enquête criminelle est ouverte au sujet de ces allégations.

Notre cabinet demeure disponible pour porter assistance en fournissant l’accès à des médecins experts qui ont examiné ce document en appui à cette plainte pénale.

Par ailleurs, nous demandons respectueusement que le premier ministre du Canada publie immédiatement les copies des contrats d’approvisionnement des vaccins Pfizer et Moderna. Nous avons été avisés que ces contrats contiennent des clauses de non-responsabilité confirmant que ni Pfizer ni Moderna ne garantissent l’innocuité de ces produits, au motif qu’ils ont été développés à la hâte, dans des conditions d’urgence et sans qu’il n’y ait eu d’études ou de tests adéquats.

Comme il n’y a pas eu un seul décès de COVID-19 chez les enfants entre 5 et 11 ans, sauf en présence de graves comorbidités préexistantes, il n’y a clairement aucune urgence à autoriser ou à approuver un produit plus susceptible de tuer des enfants que de les sauver d’une mortalité liée d’une quelconque manière à la COVID-19.

Cette lettre représente un avis de responsabilité au premier ministre Trudeau et au Dr Theresa Tam. Si ces produits sont approuvés sans que soit menée une enquête criminelle complète, et que tout enfant est blessé ou tué par un de ces produits, une autre plainte sera déposée pour LÉSIONS CORPORELLES en vertu de l’article 269 du Code criminel du Canada ou pour HOMICIDE ou en vertu de la Loi sur les crimes contre l’humanité et les crimes de guerre contre toute partie approuvant le vaccin Pfizer pour les enfants de 5 à 11 ans.

Merci d’avance de confirmer rapidement la réception de cette plainte pénale.

Sincèrement vôtre,

Jeffrey R. W. Rath, B.A. (Hons.), LL.B. (Hons.)

Avocat et notaire

***

Demande d’amendement à l’autorisation d’utilisation d’urgence pour l’utilisation du vaccin contre la COVID-19 de Pfizer-BioNTech chez les enfants de 5 à 11 ans (en anglais):

EUA request Pfizer 5-11-VRBPAC-10.26.21-Meeting-Briefing-Document-FDA

Scroll to Top